Culture

Le coquelicot pour se souvenir

5 novembre 2013

Dans les prochains jours, nous allons voir de plus en plus de personnes porter un coquelicot à leur boutonnière. C’est une tradition au Canada mais aussi dans les pays du Commonwealth de porter un coquelicot pendant la période du Souvenir. La campagne de vente du coquelicot est lancée fin octobre jusqu’au 11 novembre, jour où l’on célèbre le jour du Souvenir (ou Remembrance day en anglais). En général il se porte sur la boutonnière gauche, plus près du cœur.

Quelles sont les origines de ce coquelicot ?

Pendant la 1er Guerre Mondiale, le coquelicot poussait sur les champs de bataille ravagés par la guerre. John McCrae, médecin en 1915 immortalise ce phénomène dans son poème :  Au champs de bataille ou In Flanders Fieldsen en anglais.

En 1918, Moina Michael a été inspirée par le poème de John McCrae et  a publié un poème en guise de réponse intitulé: We shall keep the faith. Elle a acheté des coquelicots afin qu’ils soient portés pour l’Armistice. Elle est connue sous le nom de Poppy Lady.

En 1920, la Française Anne Guérin était aux États-Unis, elle a imaginé une campagne de coquelicots afin d’amasser des fonds pour ceux qui ont été dépouillés pendant la guerre. De retour en France et avec l’aide d’anciens combattants blessés, ils confectionnaient des coquelicots qu’ils distribuaient en échange de dons.
Ces campagnes permettaient d’avoir un signe visible du souvenir, aider les anciens combattants et leur donner du travail. Par la suite chaque pays confectionne lui-même ses coquelicots qu’il distribue en échange de dons.

Chaque année la plupart des Canadiens portent ce coquelicot, une façon de remercier ceux qui se sont sacrifiés pour la paix.

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply pomdepin 5 novembre 2013 at 11 h 06 min

    J’ai reçu des réactions mitigées de France après en avoir parler aussi. Je crois que les gens ne comprennent pas vraiment. Ce n’est pas par patriotisme ou pour faire une apologie de la guerre que les gens porte un Poppy.

    • Reply Mathilde 5 novembre 2013 at 11 h 30 min

      Il faut dire qu’en France on pense d’abord au jour férié, avant de penser à ceux qui ont laissé leur vie dans les tranchées. Encore plus choquant quand on voit que beaucoup ne savent pas dater la première et seconde Guerre Mondiale.

  • Reply Cindy 5 novembre 2013 at 16 h 20 min

    C’est une très belle tradition…

  • Reply Eznoldie 6 novembre 2013 at 4 h 27 min

    Merci à toi de nous faire partager ces petits points de l’histoire Canadienne 🙂

  • Reply Jetjvontvoirailleurs 8 novembre 2013 at 10 h 11 min

    Ha mais c est pour ça ? Je croyais que c’était pour les élections ! Merci de l’info 😉

  • Laisser un commentaire